Latest posts

LA MODE DU NO-BRA

No bra, mode ou révolution ?

Cette tendance du « no-bra » ou « free boobs », en d’autres termes « l’arrêt partiel ou total du port du soutien-gorge », a connu un véritable boom depuis le confinement de mars 2020.

En effet, cette tendance se démocratise de plus en plus chez les femmes. Cette dernière ayant pris une telle ampleur que nous pouvons considérer comme le no-bra comme un mode de vie. Elle fait également écho aux mouvements tels que le « no makeup » ou la libération capillaire.  

Ce mouvement a commencé à apparaître aux États-Unis dans les années 1960 afin de lutter contre les produits féminins jugés oppressifs, avant de venir petit à petit jusqu’en France. Le hashtag #nobrachallenge a commencé à tourner sur la toile afin d’inciter et encourager les femmes à franchir le pas et ainsi délaisser les soutiens-gorge de leur quotidien.

Depuis la pandémie de Covid-19, contraintes de rester cloîtrées chez elles, la gente féminine a pris une véritable habitude qu’elles n’ont pas changé depuis cette période-ci. Cette mode touche la majeure partie des femmes, mais plus particulièrement les jeunes de moins de 25 ans. 

Selon une étude réalisée par Ifop, le pourcentage des françaises ne portant pas de soutien-gorge est passé de 3% avant le confinement à 7%. De plus, 1 femme sur 6 (18%) de moins de 25 ans ne porte jamais de soutien-gorge (soit 4 fois supérieur au pourcentage identifié avant le confinement (18%)). Les chiffres se sont stabilisés, signe que les bienfaits du no-bra ne sont pas négligeables. Plusieurs influenceuses ou célébrités telles que Rihanna s’affichant régulièrement sans soutien-gorge pousse et motive les autres femmes à sauter le pas, d’où la démocratisation de ce phénomène.

Cette nouvelle pratique commence à être de plus en plus ancrée dans leurs habitudes de vie étant donné du sentiment désagréable et inconfortable que procure le soutien-gorge pour certaines, d’où cette augmentation d’adeptes que nous pouvons constater à travers ces chiffres. Les sources d’inconfort sont multiples : 

  • Les armatures gênantes pour elles 
  • La sensation d’oppression 
  • Les soutiens-gorge pas adaptés à leur morphologie 

Cependant, bien qu’il soit dominant, le confort n’est pas que le seul facteur de cette adoption du no-bra : 

15% des femmes ne portent plus de soutien-gorge uniquement par conviction féministe (contre 53% le faisant par confort) : nous pouvons rattacher ce phénomène au fait que certaines femmes considèrent qu’elles ont autant le droit que les hommes de montrer leur poitrine (tétons compris) d’où le célèbre hashtag #FreeTheNipple. Cet acte militant vise à lutter contre l’hypersexualisation de la poitrine féminine et de l’injonction à porter un soutien-gorge dans un espace public.

  • S’affranchir des modes esthétiques en vigueur 
  • Les femmes complexées sont plus enclines à accepter et apprécier leur poitrine avec l’adoption du no bra 
  • La poitrine se raffermit 
  • Les vergetures s’estompent 
  • Son volume va légèrement augmenter et l’écart entre les deux seins se diminuera 

Malheureusement, certaines femmes (69%) voulant potentiellement adopté cette tendance sont réticentes voire anxieuses à l’idée d’exposer leur buste à cause de, comme évoqué brièvement ci-dessus, l’hypersexualisation des femmes (57% d’entre elles craignent d’être victime d’une agression physique ou sexuelle).